Le village de l’An Mil


Il existe dans le Morbihan un site insolite : le village de l’An Mil, sur la commune de Melrand. Pourquoi lui dédier un billet, me demanderez-vous ? Tout simplement parce qu’il m’a grandement aidée à visualiser dans quel genre de décor évolue notre héros Killian au début des Murmures d’Ys.
 
Bien que le roman s’inscrive dans la catégorie fantasy, j’ai pris le parti de lui donner une base historique. Le jeu entre réalité et légendes m’amuse. Surtout, j’ai parfois du mal à entrer dans des univers fabriqués de A à Z, sans aucun ancrage dans notre monde. J’aime pouvoir penser que tel personnage a marché ici, qu’il a eu cette vision. J’adore visiter les lieux d’inspiration ou de tournage et sentir ce glissement du réel vers la fiction, lorsqu’un simple paysage acquiert une nouvelle dimension.
 
J’ai ainsi effectué de nombreuses recherches pour transcrire, autant que faire se peut, le contexte de la Bretagne en 1132. Je voulais que cet ensemble paraisse naturel, évident. En vérité, certaines phrases m’ont demandé des heures de travail documentaire ! C’est le cas pour la description de la maison de Killian dans le chapitre 1.
 

« Comme toutes les demeures des alentours, la maison familiale se constituait d’une grande charpente posée sur des soubassements en pierre. Le toit pentu faisait office de mur. Vu de dehors, le chaume descendait jusqu’au sol. Trois ouvertures se découpaient dans la structure. L’une des portes donnait sur la route, au sud. Les deux autres desservaient la cour de la ferme, au nord. À l’intérieur, l’habitation se divisait en deux parties distinctes. La première comportait un cellier, les couchages, quelques meubles et le foyer. Derrière la cloison bordant les lits des enfants, le second espace abritait un bœuf, ultime rescapé de son troupeau. »

 
En imaginant le cadre de vie de Killian, je me suis très vite rappelé le village de l’An Mil à Melrand. J’avais eu la chance d’y faire un détour lorsque j’étais adolescente. Les reconstitutions y sont très réussies. En plus des bâtiments, on trouve un jardin avec des plantes de l’époque et des animaux de races anciennes. Cette visite m’avait laissé un fort souvenir !

Pour peaufiner mon texte, je me suis enfin inspirée d’études archéologiques, en particulier La maison rurale du XIIe au XIVe siècle dans les Monts d’Arrée (Finistère) par Michael Batt.
 
Les photos qui illustrent cet article datent de 2002. Depuis, le village de l’An Mil a probablement changé ! Si un petit saut dans le temps vous tente, on trouve de belles photos et un résumé complet sur Morbihan Tourisme. Le village a aussi un site internet pour plus de renseignements pratiques.
 
Peut-être qu’au détour d’une chaumière, vous verrez passer un certain jeune paysan ?

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: