Les Murmures d'Ys T1, chapitre 9 :

Le prix d'une vie

Bienvenue dans la section lecture en ligne ! Veuillez noter qu'à la différence de l'édition finale disponible à la vente (ebook et livre broché), les textes ici postés sont en version non corrigée.

Killian s’éveilla dans la souffrance. Son corps reposait sur des lattes dures. Des cordes entamaient ses poignets. L’odeur du plancher envahissait ses narines.

— Lève-toi !

Un pied d’homme le frappa à l’estomac. Il vit des taches noires. Peu à peu, elles s’estompèrent ; un décor de chambre se dessina. Deux bougies répandaient des lueurs. Ewyn et Yuna n’apparaissaient pas.

Dévoré par l’angoisse, il se redressa. L’exorciste se tenait derrière lui, encore debout. Des marques de coups déformaient son visage. Du sang rayait sa joue, maculait le haut de sa chainse. Surtout, avec ses deux mains liées, il se tenait le côté gauche du ventre où s’étalait une tâche grande, écarlate.

— Tu es blessé ?!

Killian se releva. La douleur dans ses côtes le fit vaciller. Les traits crispés, Ewyn fit « non » de la tête.

— Tu es sûr ? C’est profond ? Et… Et Yuna ?

— Si tu parles de ton clébard, il s’est volatilisé, répliqua l’aubergiste en l’empoignant. Cette satanée charogne a mordu ma femme ! Si jamais je la recroise, je la jette vivante dans un marais. Maintenant, avance !

D’un geste rude, il le poussa en avant. Il assena aussi une claque à Ewyn pour le mettre en mouvement.

— Toi, dépêche-toi. Tu vas salir mon plancher.

L’homme les fit marcher jusqu’au jardin. Il s’empara ensuite d’une pelle, les plaça devant la fosse nouvelle. Killian se glaça.

— Vous plaisantez ?

— Non. Votre voyage s’arrête ici.

Les mots le frappèrent de plein fouet. Choqué, il contempla le trou. Une peur terrible le happa. Voyait-il là sa dernière image ? Son existence allait-elle s’achever ainsi ? Il se tourna vers le potager, scruta chaque recoin à la recherche d’un bâton, d’une pierre, de n’importe quel outil.

« Quelque chose, vite ! Je ne veux pas finir ici ! »

Des mots désespérés surgirent dans l’esprit d’Ewyn.

 

« J’ai fait ce que tu m’as dit, j’ai fui, mais… Je suis piégée… »

 

— C’était donc ça…, maugréa-t-il. Je comprends tout à présent.

— Ah oui ?

— Oui. Vous sélectionnez vos clients, puis vous les tuez et les dépouillez. Vous profitez de la nuit, car dans le noir, toute cette région se change en un vaste traquenard. La fille que j’ai exorcisée a sombré dans une tourbière en tentant de s’enfuir. Elle m’a pris pour vous, son meurtrier, en pensant que je revenais la narguer !

L’aubergiste pouffa de rire.

— Je ne me souviens même pas de cette imbécile. Les curés comme toi aiment jouer les sauveurs en se frottant aux forces obscures. Ils ne se demandent pas qui fabrique les spectres qu’ils combattent !

— Les curés comme moi vous ont fourni un crucifix puissant pour protéger votre maison !

— Et grâce à votre concours, ma femme et moi dormons sur nos deux oreilles. Nous exerçons notre activité sous la bénédiction de Dieu.

Ewyn serra les poings.

— Fils de bâtard…

— C’est donc ainsi que vous vivez ? intervint Killian. Nos vies valent moins qu’une croix d’argent et une épée ?!

— Exactement. Deux moutards avec des objets si précieux, l’occasion était trop belle. D’autant que nous n’avions pas pu attaquer ces trois chevaliers la nuit dernière… Margod et moi, nous étions un peu frustrés.

Ewyn peignit une expression de dégoût.

— Rassurez-vous : vos victimes précédentes ont possédé leur monture. Ils sont passés près de la mort.

— Excellent ! Ne me regardez pas avec tant de haine. Nous sommes de bons commerçants ; tout est question d’adaptation. Si vous n’aviez pas fait les difficiles avec vos deux lits, ma femme vous aurait assommés successivement, proprement, sans faire tout ce raffut. Nous détestons verser le sang dans la maison. Savez-vous combien d’huile de coude il faut pour ravoir des draps blancs ? pour nettoyer le plancher ? Cette saleté s’infiltre dans chaque rainure. C’est un véritable supplice !

Killian déglutit. Il pensait essayer de gagner du temps, mettre leur jeune âge en avant. Face à un tel cynisme, les discours s’annonçaient inutiles. Près d’eux, aucune arme potentielle ne pouvait les secourir. S’ils se précipitaient sur lui d’un même élan, réussiraient-ils à le renverser ?

« Trop risqué, estima-t-il. D’un seul mouvement, il nous fauchera tous les deux. »

Un ultime argument lui vint en tête.

— Si vous assassinez un religieux, Dieu vous condamnera à un sort atroce. Votre âme subira le châtiment, la damnation éternelle ! Des hordes de démons vous tortureront. Vos chairs, vos os, votre esprit brûleront jusqu’à la fin des temps ! Par pitié, épargnez-vous ce martyre. Relâchez-nous. Nous ne trahirons pas votre secret. Nous en faisons la promesse devant le Tout-Puissant ! Vous ne voulez pas être maudit, n’est-ce pas ? Vous aimez votre femme ? Prenez cette décision pour elle, si vous ne le faites pas pour vous. Je vous en prie. Sauvez-vous de ce destin horrible !

Son interlocuteur le toisa sans s’émouvoir.

— L’Enfer ne m’effraie pas. Margod et moi y descendrons demain, si cela nous permet de vivre dans le confort aujourd’hui. Autant être sûrs de ne pas en baver deux fois, pas vrai ? Je me dois de rentabiliser le présent. Avec moi, tout est bon, même les cadavres. Ils font un excellent engrais pour le jardin, et une nourriture parfaite pour les cochons. Maintenant, tournez-vous, si vous ne voulez pas voir ma pelle fendre vos…

— AAAAAAAAH !!!

Au cri de sa femme, l’aubergiste se pétrifia. La porte s’ouvrit. Oreilles plaquées en arrière, iris flamboyants, un loup énorme fonça hors de la maison, droit sur lui. Son outil lui tomba des mains. Il prit la fuite.

L’animal tenait un paquet entre ses crocs. Passant à leur hauteur, il le jeta vers les garçons. Killian reconnut son sac, Loren-Durdd et la croix d’argent attachées à la bandoulière. Un nouveau hurlement retentit.

Leur hôte tentait de s’échapper. D’un bond, le loup s’abattit sur ses omoplates. Le fuyard heurta la terre. Il grimaça, se redressa sur un genou. Son adversaire en profita pour reculer.

Soudain, la bête chargea. L’homme encaissa l’assaut ; le choc violent le projeta, loin. Il roula. Tout à coup, le sol se déroba sous lui : il sombra dans son propre trou avec un grand cri.

Ewyn et Killian frissonnèrent.

— Yuna ? C’est bien toi ?

— Qui d’autre ?

D’un claquement de mâchoire, elle trancha leurs liens. La créature se changea en jument.

— Dépêchez-vous, montez !

Killian agrippa sa crinière, se mit en selle tant bien que mal. Il tendit une main à Ewyn. Celui-ci la saisit, se hissa derrière. L’effort élargit sa blessure. La patronne surgit sur le perron, ensanglantée, une arbalète pointée sur eux.

— Prends ça, démon !

Le carreau fendit l’air. Yuna fit un écart ; le projectile frôla sa croupe. Enragée, la femme hurla, se hâta de recharger. La korrigane s’enfuit à vive allure. Elle galopa à perdre haleine, jetant des regards à gauche, à droite. L’appréhension serrait ses entrailles.

« Si je tombe dans un marécage, je suis finie. »

La maison disparut. Elle conserva son rythme. Leurs assaillants allaient les poursuivre. Ils ne voudraient laisser aucun témoin menacer leur entreprise.

— Je t’en prie, Yuna, articula Killian. Mets le plus de distance possible entre eux et nous !

Elle courut. Ses bons yeux l’aidèrent à distinguer la route. Sous ses sabots, l’état du sol lui indiquait quand elle sortait de la piste. Se maintenir sous la forme d’un tel animal lui demandait beaucoup d’efforts. Elle se focalisa sur un but unique : avaler des lieues.

La vue de Killian se brouillait par intermittence. À chaque secousse, une douleur intense irradiait de ses côtes. Incliné vers l’avant, il se concentra au maximum pour rester à flot. Ewyn demeurait muet, les bras enroulés autour de sa taille.

Soudain, il le sentit glisser. Le blond dodelinait sur son assiette, au bord de l’inconscience.

— Ewyn, réveille-toi ! Ho ! Ewyn !

Les paupières mi-closes, la bouche entrouverte, l’exorciste pencha à gauche.

— Nom d’un chien !

D’un geste rapide, Killian lâcha le cheval, attrapa ses poignets et le tira contre lui. Ewyn heurta son dos sans réagir. D’une main, il tint ses bras joints contre son ventre, l’autre enserrant les crins de sa monture. Une colère sourde grandit en lui.

« Quelle merde ! »

Yuna continua sa course jusqu’à l’épuisement. Une forêt se profila. Elle atteignit les arbres, s’enfonça loin sous leur couvert. Enfin, elle se coucha et reprit sa forme d’origine.

Les cavaliers atterrirent sur le sol. Ewyn refit surface. Il eut un mouvement de recul ; une brûlure cuisante le rappela à l’ordre. Sa chainse collait à sa peau. Killian s’angoissa.

— C’est grave ? Elle t’a poignardé ?

— Non. Elle a juste coupé le côté.

Dans un geignement, il porta une main à sa plaie. Un liquide visqueux macula ses doigts.

— C’est du sang épais. Si je ne bouge plus, ça s’arrêtera.

Il s’effondra. En se mordant les lèvres, il appuya sur l’entaille. Peu à peu, l’écoulement cessa. Il relâcha la pression. La souffrance embrumait son esprit. Sans ses vêtements habituels, le froid le pénétrait.

Il s’endormit avant de voir Yuna plaquer sur sa blessure un petit tas de feuilles froissées.

 

Killian s’éveilla en milieu de journée. L’humidité de la terre imprégnait ses habits. Des frissons le parcouraient. Il observa le ciel au-dessus de sa tête. Une teinte grise apparaissait entre les arbres. Il se sentait moulu, mouillé comme un rat. Sa poitrine lui faisait mal.

Brusquement, il se souvint. Il revit la femme au chignon le tirer hors du lit, un couteau au creux du poing. Il se rappela les coups de pied, l’étranglement d’Ewyn, la fosse, la bête aux yeux rouges. Il ferma les paupières.

« Pourvu que ce soit un mauvais rêve. »

En les rouvrant, il vit le même horizon. La déception, la résignation l’accablèrent. Il comprit que s’il voulait vivre, il ne disposait que d’une option : se traîner quelque part, malgré la douleur, avant que des loups l’achèvent.

Il se redressa. Ewyn dormait à côté. Des boursouflures, des ecchymoses, une coupure à la joue le défiguraient. Son cou portait des marques violacées. Sur sa chainse, le sang virait au brunâtre. Le tissu déchiré dévoilait sa plaie. La peau laiteuse s’ouvrait sur un sillon écarlate, presque noir. Sur le haut du flanc, le pansement de feuilles tenait encore en équilibre.

Killian réalisa qu’il n’avait pas remué depuis la veille. Alarmé, il tendit une main. Un souffle faible l’effleura.

« Ouf… Il respire. »

Yuna se reposait à proximité. Enroulée sous sa tête, sa longue chevelure lui servait d’oreiller. Elle ne paraissait pas blessée ni sensible à la fraîcheur de l’air. La profondeur de son sommeil témoignait de son exténuation.

« Elle ne se retransformera pas de sitôt. »

Il s’appuya sur ses paumes, sur ses genoux. Réprimant une plainte, il se releva. Loren-Durdd et le crucifix brillaient, suspendus à sa besace. Il replaça l’épée à sa ceinture. À quelle distance l’abbaye de la Croix d’Argent se situait-elle ? Les moines là-bas accepteraient-ils de l’aider ? Pour les convaincre, il devait posséder de meilleurs arguments que son apparence misérable et sa mine enfiévrée. Il garda le crucifix en guise de preuve.

Le sac pesait lourd : la vieille couverture occupait l’intérieur. Dans la confusion, personne n’avait pensé à s’en servir. Il entreprit d’envelopper Ewyn. En se sentant touché, ce dernier s’éveilla. Un éclair d’angoisse passa dans ses yeux. Killian posa sur son front une main rassurante.

— Ne t’en fais pas, murmura-t-il. Tout ira bien.

Ewyn le contempla un moment. Il se rendormit.

Killian disposa des feuilles sèches sur son corps. Il répéta l’opération avec la korrigane. Grâce à ce camouflage, même en s’approchant, leurs poursuivants avaient peu de chances de les remarquer. L’artifice ne duperait pas la gent animale, en revanche. Les sens aiguisés percevraient l’odeur du sang.

« J’espère que Yuna réagira en cas de danger. »

Il s’appuya sur un bâton, regagna la route. La course du soleil jouait contre lui. La menace des aubergistes le hantait. Il choisit de longer la voie à distance pour éviter de les croiser. Dans les fourrés, chaque pas demandait le double d’énergie. Ses os le lançaient. La progression se changea en lutte.

« Qu’importe ma douleur. Je dois avancer. »

Sans plus penser, il enchaîna les enjambées. Il traversa des fougères, sortit de la zone boisée. Le décor de campagne évolua lentement. La souffrance l’étreignait. Il savait qu’il ne devait surtout pas s’arrêter.

« Si je me laisse tomber, je ne me relèverai pas. »

 

La lumière tournait vite ; le calvaire durait une éternité. Killian ignorait depuis combien de temps il marchait. La brûlure dans ses côtes s’aggravait. Même en se concentrant, il n’arrivait plus à chasser l’ombre le dévorant.

« Je ne vais pas y arriver. »

Un gros rocher le nargua. Tiraillé, il l’évalua du regard. La tentation l’emporta.

Il s’assit. Son front ruisselait. La faim et la soif le tenaillaient. Ses compagnons se trouvaient dans un état pire encore. Qui donc avait tenu à se rendre dans cette pension horrible ? Qui avait joué les braves à s’enfoncer dans des marécages, à abuser de magie en prétendant n’avoir besoin de rien ni de personne ? Qui était maintenant le plus mal en point et nécessitait de l’aide ?

Une vague de rage déferla. Il se remit sur pied. Sa loyauté l’empêchait d’abandonner un ami en difficulté.

 

« Je ne suis pas ton ami. »

 

Furibond, Killian faucha les herbes hautes. Ewyn tout entier le révoltait. Il exécrait son arrogance, son inconséquence et sa froideur. Il haïssait sa façon de rejeter les autres, ses mots durs, son minois angélique. Pourquoi souffrait-il aujourd’hui ? Pourquoi souhaitait-il le secourir ? Sa propre bêtise l’indignait. À cause de sa droiture, de son cœur stupide, il se retrouvait condamné à avancer encore et encore, jusqu’à finir raide mort dans un fossé !

Il se remit en marche, doubla son allure. Les tiges, les buissons, toutes les plantes à portée subirent la colère de son bâton. Sur les ronces mauvaises, il se déchaîna. Ses jambes ne ressentaient même plus les épines, les dénivelés. En traversant un champ boueux, il faillit glisser ; la flaque essuya une salve d’insultes. Le rire de l’homme gras résonna dans sa tête. Ses pensées tombèrent sur le souper copieux. Certaines personnes mouraient de faim en étant honnêtes. D’autres vivaient très bien en commettant des crimes ! Ces gens n’avaient-ils donc aucune conscience ?

 

« Estimes-tu ta vie plus importante qu’une promesse d’or ? »

 

Killian cracha un juron. En quittant son foyer, il croyait connaître la réponse : son existence valait moins que n’importe quel trésor. Lui et ses hôtes dégoûtants raisonnaient à l’identique : ils considéraient le prix de la vie comme inférieur à celui d’objets en métal.

Ses traits se crispèrent.

— C’est impossible. Je ne veux pas leur ressembler !

Il maudit les aubergistes, ses os, le monde entier. Jusqu’où devrait-il marcher pour rejoindre cette fichue abbaye ? Pourquoi avait-il un jour envisagé d’y aller ? Ses frères riraient bien s’ils le voyaient dans cet état. Ou pire, ils le jugeraient pathétique.

Killian pleurait presque. Il persista.

 

Enfin, dans le crépuscule approchant, il aperçut des tours, des clochers entre les arbres. Un haut mur d’enceinte cerclait le domaine. Il longea les pierres. Sa furie s’éteignait. Sans elle, la souffrance, la fatigue revenaient. Une boule amère obstrua son gosier. Des larmes troublèrent sa vision.

Au bout d’un supplice interminable, il atteignit une large double porte surmontée de sa tour de garde. Il s’écroula contre le bois.

— À l’aide…

Ses genoux le lâchèrent. Alerté par le bruit, un moine tira la trappe du judas.

— Rendons grâce à Dieu. Que t’arrive-t-il ?

— Nous avons été attaqués. L’un de vos exorcistes est en danger de mort !

Un vantail s’ouvrit. Deux religieux à forte carrure apparurent dans le cadre. Surpris, ils étudièrent leur visiteur à terre. Celui-ci montra la croix d’Ewyn. Cette fois, ses interlocuteurs réagirent. L’un d’eux s’empara du crucifix et partit en courant.

— Je vais prévenir l’abbé !

L’autre l’aida à se relever.

— Es-tu blessé ?

— Dans la poitrine. Mes os…

— Viens avec moi. Je te conduis à l’infirmerie.

Le moine verrouilla le portail, passa un bras sous son épaule. Ils franchirent le porche abritant la loge des gardiens. Killian pensait avoir triomphé de son épreuve ; il désespéra en avisant l’allée interminable devant eux.

— Comment t’appelles-tu ? interrogea l’homme à ses côtés.

— Killian.

— Je suis le frère Gall. Bienvenue à la Croix d’Argent.

Ils avancèrent à pas lents. De grands arbres bordaient le chemin. Parsemée de fleurs sauvages, l’herbe verte s’étendait en vastes pelouses.

Killian entrevit sur leur gauche des écuries, une immense remise, des dépendances semblables à des ateliers. De l’autre côté de l’allée, une série de bâtiments retint son attention.

« J’espère que l’infirmerie se trouve par là… »

Ils continuèrent tout droit. L’accablement le submergea. Ses pieds le soutenaient à peine.

— Ce sont les maisons des hôtes et le noviciat, expliqua Frère Gall. Notre destination se trouve plus loin.

Une tour carrée magnifique s’élevait au bout du chemin. Elle surmontait un nouvel ensemble de bâtisses dont les ailes est et sud comportaient deux étages. Au-dessus de la porte principale, une grande bannière portait les armoiries de l’Ordre, une croix immaculée sur champ sombre. Un fronton aux sculptures nombreuses agrémentait l’entrée de l’abbatiale. Killian distingua d’autres constructions plus loin sur la gauche, sur la droite, derrière. Où qu’il les posât, il n’apercevait pas les limites du domaine.

« Cet endroit est plus grand que mon village ! »

Frère Gall s’orienta vers une maison à part. Un jardin d’herbes médicinales s’épanouissait devant. Ils franchirent la porte, un petit couloir, puis débouchèrent sur une pièce comportant une dizaine de lits.

— Allonge-toi. Frère Ronan va t’examiner.

Il s’effondra enfin. Le plafond se troubla. Un moine gros et chauve se pencha sur lui. Ses lèvres bougeaient. Ses paroles s’effaçaient dans le lointain.

Peu après, un homme grand et sec accourut. Son visage aux pommettes hautes formait un triangle. Il avait le menton rasé, des cheveux châtain clair très courts. Un crucifix d’or scintillait par-dessus sa robe noire. À sa gestuelle, Killian sut qu’il interrogeait les autres. Ses doigts se crispaient sur une croix d’argent.

« C’est lui… son père. »

À son tour, l’abbé lui parla. Ses prunelles bleu pâle étincelaient. Une vive inquiétude se lisait sur ses traits. Un bourdonnement couvrait sa voix.

Soudain, Killian se sentit happé. Le prêtre le secoua, réveilla sa douleur. Il étouffa un cri.

— Qui ? Qui était avec toi ?

Les mots claquèrent avec sens. Il grimaça. Une réponse se forma dans sa bouche.

— Nous… nous étions trois. Un exorciste nommé Ewyn, et une korrigane qui nous a sauvé la vie.

L’homme frémit au nom d’Ewyn.

— Une korrigane… ? s’étonna Frère Ronan.

— Je vous en prie, nous lui sommes redevables… Secourez-la, elle aussi !

— Où sont-ils ? s’écria l’abbé.

— Dans un bois à quatre lieues d’ici, en suivant la route tout droit vers l’ouest. Je les ai laissés sous un tas de feuilles, en retrait du chemin. Ewyn est blessé au côté. É… Évitez de le secouer.

Le prêtre à la croix d’or le reposa. Des moines-soldats attendaient ses ordres dans le couloir.

— Vous avez entendu ? Envoyez une vingtaine d’hommes. Prenez les chiens !

Killian plongea dans le brouillard.

À suivre…

Chapitre 10

error: